Les sources de la Touvre

le 01/03/2018 publié dans le N°277 de Subaqua
Image4
Jean-Pierre Stefanato
par Jean-Pierre Stéfanato

Les sources de la Touvre, situées dans le département de la Charente, constituent l’alimentation principale de l’agglomération d’Angoulême en eau potable. Leur accès est particulièrement sensible et réglementé. Malgré les nombreuses études géologiques dont elles sont l’objet, leur topographie recèle encore bien des secrets. C’est pourquoi les plongées scientifiques et d’exploration restent autorisées mais dans des conditions très strictes.

Comme tous les ans, les deux principales exsurgences, à savoir la Font de Lussac et le Bouillant, sont l’objet d’une campagne d’exploration par la FFESSM. Cette année la sécheresse nous facilite le travail et les sources reçoivent la visite d’un nouveau venu, le plongeur rhône-alpin Xavier Méniscus, qui nous raconte son premier contact avec les sources. Vous verrez que les chiffres annoncés dépassent le raisonnable mais il faut reconnaître que Xavier est doté de capacités physiologiques au-dessus de la moyenne. Il est de plus très entraîné, enchaînant ce type d’immersions à un rythme quasi mensuel. Il maîtrise parfaitement son équipement et ses procédures de plongée.

Coupe 2017 -197m

LES SPÉCIFICITÉS DES SOURCES DE LA TOUVRE

Il y a peu de cavités en France dans lesquelles je n’ai jamais trempé les palmes. Les mythiques sources de la Touvre en font partie. Les conditions de plongées y sont assez difficiles et le site est à plusieurs longues heures de route de ma région. C’est un site exceptionnel alimenté principalement par deux sources pénétrables aux plongeurs, parmi les plus profondes de France. La Font de Lussac avec ses -186 m de profondeur atteints par Vincent Ferrand, et le Bouillant et ses -150 m, d’où jaillit un puissant courant accentué par l’étroitesse de la zone d’entrée qui rend l’accès en plongée souvent impossible, seulement lors d’étiages très prononcés. Ces deux cavités distantes en surface d’une centaine de mètres, communiquent en profondeur par une galerie de 700 m. Une seule fois la traversée a été réalisée en 2011 (voir Subaqua n° 241) : on part de Lussac à -115 m pour remonter dans le Bouillant au point bas de -150 m. Cette année, les conditions de plongée sont exceptionnellement bonnes. Je suis invité par le responsable du projet national David Berguin et par Bruno Mégessier le président de la CNPS pour venir découvrir ce site et participer aux explorations de 2017.

PREMIÈRE APPROCHE

Le 13 octobre, j’arrive sur site après 7 heures de route. Malheureusement de petites pluies dans la semaine ont dégradé légèrement la visibilité et les débits sont un peu montés. Dans l’après-midi, pour me dégourdir en attendant les copains qui arriveront dans la soirée, je pars découvrir la Font de Lussac jusqu’à la profondeur de -75 m dans le puits Foucart. J’enchaîne avec une reconnaissance à -30 m dans le Bouillant, après m’être fait expulser au premier essai. Ce n’est pas une légende, ça pousse vraiment fort à l’entrée !

Le 14 octobre, nous assisterons Vincent Ferrand lors de sa plongée d’exploration à -187 m. Touchant le fond dans un nuage de sédiment levé par ses palmes, il sera contraint de faire demi-tour. Je passerai un long moment avec lui pour l’assister lors de ses paliers, réalisant aussi une incursion à -115 m dans le puits Touloumdjian pour repérer le départ de l’aval qui communique avec le Bouillant. Vincent rapportera des images précieuses de sa plongée, surtout du fond, pour préparer la prochaine plongée d’exploration.

LA TRAVERSÉE, ET APRÈS ?

Ceci est un extrait du Dossier paru dans le numéro 277 Abonnez-vous

Commentaires

Aucune commentaire actuellement

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *